Vous êtes ici : Accueil YogaNet.fr > Blog Yoga > Kurma Yoga
 
Kurma Yoga 21/06/2009

Le yoga des 6 poussées fondamentales

 

Peut-être n'avez-vous jamais entendu parler du kurma yoga, ni des poussées fondamentales !

II s'agit pourtant, comme le nom «poussées fondamentales» l'indique, du fondement même du yoga et si vous pratiquez les asana, les mudra, le prânayama ou même l'assise, vous faites des poussées fondamentales comme Monsieur Jourdain faisait de la prose : «sans le savoir» !

 

Tentative de définition

 

Le kurma yoga n'est pas une autre forme de yoga à ajouter â la liste : hatha yoga, raja yoga,karma yoga, etc.  C'est une approche très particulière de la posture en yoga, sa méthode débouche sur une pratique véritablement «révolutionnaire» permettant de réaliser les postures classiques du yoga  avec plus de facilité, d'intériorisation, de précision, de subtilité et de justesse, et cela sans avoir vraiment besoin d'apprendre la posture elle-même. Ce yoga est appelé Kurma (tortue) parce qu'il utilise particulièrement six poussées attribuées aux tortues lorsqu'elles tentent de sortir de leur carapace, et symboliquement cette forme de yoga nous permet effectivement de sortir de nos carapaces et de nos habitudes. La combinaison des six poussées fondamentales du kurma yoga produit des asana aussi fatalement que les phonèmes produisent des syllabes ou que les lettres de l'alphabet produisent des mots et des textes. Les six poussées fondamentales forment les six lettres de l'alphabet qui va permettre de construire tous les mots (asana, mudra...) et donc des phrases (séance de yoga) ayant un sens. Une fois ces poussées maîtrisées, vous pourrez «construire» en respectant certaines règles, avec vos propres limites, les postures de yoga.

 

Génèse

 

Selon la tradition, c'est le dieu Vishnou, lui-même, qui enseigna le kurma yoga aux hommes.  L'un des avatars de Vishnou était justement Kurma, la tortue. Ainsi le kurma yoga est pratique par les yogi indiens depuis la nuit des temps. L'histoire, qui se confond avec la légende, pretend que vers l'an mille, au moment des invasions musulmanes, le kurma yoga, qui  s'etait développé dans le nord ouest des Indes, fut menacé de disparaître. Comme ce fut le cas pour le Bouddhisme, le kurma yoga dut s'exiler.L'enseignement des poussées fondamentales fut alors confié à six maîtres spirituels, chacun se voyant attribuer une seule poussée. Ces six maîtres reçurent pour mission de créer, chacun, une lignée qui preserverait l'enseignement d'une poussée en la transmettant de maître à disciples. Chacun des maitres quitta alors le nord des Indes pour s'exiler dans le sud ou dans l'est du sous-continent. Les lignees se constituèrent, elles n'eurent plus de contact entre elles. Plus personne n'entendit parler du kurma yoga. Puis à une date convenue d'avance, il n'y a pas si longtemps, les representants des six lignées se retrouvèrent pendant une des Kumbha Mela, à Allahabad au nord de l'Inde. Durant ce grand rassemblement spirituel qui a lieu tous les douze ans, chaque Lignée enseigna aux autres le geste qu'il avait sauvegardé et affiné. L'enseignement complet du kurma yoga fut ainsi reconstitué.

 

 

Pratique

 

Les poussées fondamentales sont des gestes simples en apparence, mais cette simplicité est paradoxalement difficile et il vous faudra un long entraînement pour veritablement les maîtriser. Dans toutes les postures de yoga vous retrouverez ces poussées. Certains asana utilisent les six, d'autres quatre ou trois. Ce travail peut aussi se suffire à lui-même, sans qu'il y ait encore de posture. Voyons chaque poussée une par une.

 

Position de depart : L'apprentissage se fait allonge sur le dos, sur un tapis. L'ordre des poussees : Dans la posture, les poussées (qui ne sont pas forcément toujours au nombre de six, mais souvent trois ou quatre) se font dans des ordres très spécifiques et parfois de manière simultanée. L'apprentissage se fait généralement dans l'ordre que nous donnons ici. Lorsque le pratiquant aura suffisamment acquis de dextérité, les poussées se prendront toutes en même temps.

 

Respiration : L'expiration est le prototype de la poussée, vous «poussez» l'air à l'extérieur, donc chaque poussée se construit de préférence sur une expiration. A l'inspiration, vous vous contenterez de maintenir ce qui a été construit sans rien ajouter ni enlever.

 

1. Allongez vos membres inférieurs.
Action : Poussez vos deux talons loin des hanches. L'idée consiste à pousser, à l'aide de vos talons, un objet lourd imaginaire, comme une plague métalligue. Les talons restent au sol.
Effet : L'articulation des chevilles se met en angle aigu, l'extrêmité des pieds (dont les orteils) se rapproche des genoux.

 

2. Allongez votre nuque.
Action : Pour cela vous avez trois possibilités, soit reculer le cou, glisser l'arrière du crâne vers le haut du tapis ou encore pousser un objet lourd imaginaire avec l'arrière du  sommet du crâne. Attention, ne confondez surtout pas «allonger l'arrière du cou» avec «serrez l'avant du cou», votre respiration ne doit en aucun cas s'amoindrir durant cette poussée.

 

3. Allongez vos membres supérieurs.
Action : Dos des mains au sol, poussez le milieu des paumes loin des épaules.
Effet : Les coudes se tendent et se décollent du sol.

 

4. Les épaules.
Cette poussée est essentielle (mais elles le sont toutes). Elle consiste à descendre vos deux épaules vers le bas du corps en les rapprochant le plus possible l'une de l'autre.

 

5. Allongement lombaire.
Cette poussée est délicate, pourtant nous sommes totalement appareillés pour l'éxécuter. En renversant le bassin vers l'arrière, vous tentez d'allonger les lombes, c'est-a-dire de moins cambrer la zone lombaire.

 

6. Allongement de la langue.
Cette poussée existe sous deux formes : la première consiste â tirer la langue. II faut ouvrir la bouche, en continuant de respirer par les narines, et tirer la langue très fortement. Cette version n'apparaît que dans quelques rares postures comme Simhasana (le Lion).
L'autre version consiste à appuyer fortement le dessous de la pointe de la langue sur le palais dur, il existe en ce point un chakra secondaire appele «talu». Cette seconde version de la sixieme poussée n'est autre que khechari mudra. C'est cette deuxième version qui sera la plus souvent utilisée, mais dans un premier temps, cette poussée peut être rendue facultative. Elle reprendra toute son importance lorsque les cinq précédentes auront été maîtrisées. Bien sûr, «une once de pratique vaut mieux qu'une tonne de théorie». Le kurma yoga ne se limite pas à ce travail sur les poussees fondamentales, il apporte plusieurs éleménts très originaux qui aident toute pratique de yoga. On y enseigne les «six instruments» nécessaires à la pratique du yoga, ainsi que les «six niveaux» de la respiration. 

 

Nous étudierons ces six instruments dans un prochain article.

 

Auteur : Mathieu

avec l'aimable autorisation de la revue Infos-Yoga



Revue Yoga  Infos-Yoga
Commentaires : 3|

Il existe 2 Articles pour cette Catégorie :12>>

Le 13 Décembre 2017

<<Juin 2009>>

DLMMJVS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Commentaires :
04/12/17 par Tratmann
09/11/17 par Michel
23/10/17 par Samuel
18/10/17 par Jacques
18/10/17 par Jacques
18/10/17 par Jacques
18/10/17 par Jacques
18/10/17 par Jacques
10/09/17 par bruno
Non inscrit ?


Un sujet ?
Catégorie :
Médecines douces alternatives