Blog Yoga

Vers 3.2a
Vous êtes ici : Accueil YogaNet.fr > Blog Yoga > Le Yoga et la Méditation
 
Le Yoga et la Méditation 29/04/2011

Dans cet article, je tente d'exprimer ce que mon expérience laisse transparaître des valeurs du yoga et de la méditation en tant que thérapie psychique individuelle, comme cela a déjà été démontré par les docteurs Jacques Vigne, J.Rabat-Zinn, Christophe André, Lionel Coudron, et bien d'autres dans leurs différents ouvrages.

 

Dans l'élaboration de mon cheminement, plusieurs intervenants ont été précieux :
Ajit Sarkar a été un instructeur très pointu dans ma formation en hatha yoga et en pranayama, il m'a fait connaître l'enseignement de Sri Aurobindo. L'enseignement de Renajit Sarkar exposait le Védanta. Sri Ananda m'a appris la technique de la respiration complète et la méditation. Pierre Mathieu m'a fait découvrir comment travailler sur les chakras et le yoga nidra. De l'héritage de son père, Mathieu a su transmettre et remodeler le yoga nidra. Jaya Seikar, de manière théorique m'a appris les fonctions et les rôles des chakras issus de l'enseignement traditionnel et ancien de l'Inde. Jacques Vigne, de par sa grande expérience, m'a beaucoup stimulé dans l'élaboration des différentes techniques de méditation et a contribué à m'inciter à rechercher par moi-même et à développer différentes méthodes.

 

On pourrait se demander à quoi sert la méditation. A-t-elle une utilité pour quelque chose ? A-t-elle un objectif particulier ?

 

Dans la vie courante, le mental est toujours en activité, occupé par un vagabondage de pensées. Dans la philosophie hindoue, ce vagabondage mental a toujours été un questionnement et divers moyens ont été mis en œuvre pour comprendre le fonctionnement du mental, en utilisant diverses techniques de yoga et de méditation.
Je vais énumérer ici une multitude d'exemples qui font que le commun de l'humanité est toujours prisonnier de ses pensées. Lorsqu'on se réveille la nuit, ou même en cours de journée, le mental est souvent préoccupé par des soucis divers : vécu affectif relationnel douloureux soit avec l'encadrement dans le milieu de travail, soit dans la sphère familiale, mental occupé dans des projections passées ou futures : avancement de carrière, recherche de meilleures situations professionnelles, ruptures de contrat, chômage ainsi que nos diverses insatisfactions. Souvent s'ajoutent des perturbations liées à notre enfance comme les peurs, les angoisses, les culpabilisations, les stress et cela vient encombrer notre sensibilité émotionnelle, ce qui aura pour effet d'entraîner des somatisations psychologiques et corporelles. Il est alors très difficile de trouver les instants de présence et de bonheur que nous recherchons tous de diverses manières. Le mental par le flux des pensées est conditionné par les diverses perturbations déjà citées et l'on rentre alors dans un processus de dispersion et de manque de disponibilité à toute action.

À l'inverse, imaginons qu'au cours d'un voyage, un paysage fascinant se présente : il y a un tel émerveillement que, tout de suite, la vision est absorbée par ce paysage qui nous fascine. De suite, les pensées s'arrêtent, et une émotion de paix, de bien-être se dégage pendant une courte durée ; c'est l'image même du processus de la méditation. D'une façon pratique, je vais vous expliquer deux techniques parmi tant d'autres. Il faut tout d'abord être dans une assise bien confortable, sur un coussin, ou sur une chaise. Être allongé sur le sol peut aussi convenir, selon la facilité de chacun.

 

1ère technique :

 

Si l'on met une simple attention soutenue dans le flux de l'air entrant et sortant des narines, les yeux fermés, il y a peu à peu une intensification de l'attention, elle devient une concentration naturelle qui s'impose d'elle-même avec le temps. Il ne faut pas vouloir à tout prix apaiser les pensées, il faut être attentif dans la technique que l'on a choisie et peu à peu la concentration naturelle s'impose d'elle-même. Lorsque l'on prend assise dans la méditation, dans les premiers moments des préoccupations diverses inondent notre champ de pensée, du fait de l'immobilité. Par exemple des pensées provenant de différents stress de la journée, des préoccupations pour des choses qu'on aurait dû faire, etc... Progressivement, des manifestations de sensations se présentent en parallèle avec les pensées qui se dissolvent peu à peu, comme par exemple, sentir de la chaleur dans la paume de la main, picotements sur la tête, une expansion de la joue droite, lourdeur du dos etc... Là, il est nécessaire de fixer son attention sur ces sensations, et à ce moment-là, on rentre dans une grande intensité de conscience, c'est-à-dire que la sensation prend le dessus sur les pensées, et il y a une dissolution progressive de celles-ci, au profit de la sensation qui devient de plus en plus intense. On rentre dans une absorption complète de la conscience et il y automatiquement des modifications de la respiration. Par exemple, l'inspiration et l'expiration deviennent fluides et plus longs, et des sensations d'expansion des flux d'air passent dans les narines.

 

2ème technique :

 

Les yeux fermés, mettre son attention au niveau frontal et chercher au travers des pensées des zones floues. Fixer son attention sur ces zones, et progressivement, des images mentales floues se présentent à la conscience ; ce sont parfois des images indescriptibles, telle qu'une nébuleuse se présentant devant le champ frontal. Petit à petit la conscience, comme un microscope, éclaircit les portions d'images qui se présentent et, au bout d'un certain temps de méditation, les images se sont substituées aux pensées qui se sont dissoutes complètement. La partie frontale est comme une télé produisant une énorme quantité d'images qui se superposent aux pensées et en dissolvent progressivement le flot au profit d'une image mentale claire.
Parfois l'expérience peut s'arrêter là, on reste absorbé dans une image quelconque, prenons, par exemple, l'image d'une fenêtre apparaissant sur l'écran frontal. Laisser son attention sur cette fenêtre, progressivement se produit une intensification de conscience et survient une telle concentration que cela agit comme un laser venant de la zone frontale vers le cerveau. Il y a une descente dans une profondeur indescriptible, qui donne une grande force intérieure. Cette force intérieure se maintient après la méditation pendant un certain temps.

Pour aider à l'intensification de la concentration, on peut utiliser l'expiration vers la zone frontale. Plus on dissout les pensées, moins elles ont d'emprise sur notre état d'être dans la vie courante et la rumination mentale, au niveau des charges émotionnelles, est très fortement diminuée. Par exemple, si vous apprenez la mort de quelqu'un dans votre entourage, il y a une charge émotionnelle au niveau mental qui se transmet ensuite au plexus solaire. La dissolution progressive des pensées permet une grande disponibilité de notre attention, cela devient comparable à des nuages très dispersés poussés par un petit vent dans le ciel bleu, et l'on retrouve ensuite un espace de vide complet comme le bleu du ciel.

 

Pour vous donner un exemple concret, lorsqu'au début, j'exerçais mon métier d'électrotechnicien, je lisais un plan électrique, pour le dépannage d'un système, j'étais impatient, je n'avais aucune continuité logique dans la lecture d'un plan, mon esprit se promenait dans tous les sens. Maintenant mon esprit est plus posé et plus concentré dans le suivi de la lecture, la concentration se pose mieux à travers les espaces de pensées, ce qui contribue à mieux résoudre le problème de panne.

Dans l'observation de l'expérience, il y a bien une sensation d'énergie extérieure qui tente de pénétrer dans la zone du cerveau au-dessus de la tête, comparable aux gouttes de pluie fine, ces trains de particules d'un aspect fluidique et froid se projettent sur les os du crâne selon l'état et le niveau de concentration obtenus à ce moment-là, ensuite il y a un phénomène d'énergé-tisation du cerveau, comme des sensations d'ondes. Il se produit une sensation de ressourcement du cerveau, comme s'il y avait un courant électrique qui stimulait l'intérieur du cerveau, analogue à l'énergie subtile dont parle la tradition indienne dans le yoga. A ce moment là, il y a un plein éveil des fonctions mentales, la conscience est d'une grande lucidité, il y a un calme très profond ; c'est comme de l'énergie renouvelable captée à l'extérieur du corps physique, agissant comme activateur cérébral.

Dans les phases de fatigue ou d'états dépressionnaires, il y a une régénération de la vitalité. Valider cette expérience sur un échantillonnage de patients dépressifs serait une chose intéressante à observer. Aussi, dans la pratique, j'ai remarqué qu'une grande stabilité psychique s'installe. Dans mes débuts, j'étais plutôt fragile dans les rapports conflictuels aux autres, et maintenant, même une mauvaise nouvelle me rend moins vulnérable au niveau psychologique, c'est comme s'il y avait un rétablissement de circuits défaillants à l'intérieur de soi, c'est-à-dire que les chakras dont parle la tradition indienne fonctionnent mieux et agissent sur notre psyché, ce que je développerai dans un autre article. La sensation de particule sur le crâne me permet, vraisemblablement, de constater une analogie avec la Physique des particules que les physiciens ont découvert récemment dans la matière noire de l'univers : selon Hubert Reeves*, les neutrinos sont des particules chargées d'énergie qui traversent la matière comme le soleil et la terre et sont difficilement repérables, sauf par des détecteurs spécifiques enfouis dans la terre afin d'étudier ces particules. L'apaisement mental fait moins de barrages aux énergies extérieures, comme si on était un bunker qui ne laisse rien passer, d'où l'intérêt de la dissolution des pensées pouvant laisser s'infiltrer les particules véhiculant de l'énergie. Cela peut paraître invraisemblable et étrange aux yeux de la plupart des gens, mais la conscience illimitée agit comme un microscope au tréfonds de nous-mêmes pour comprendre notre fonctionnement subtil ; comme les physiciens qui, grâce aux nouvelles technologies, arrivent à mieux décortiquer la matière pour mieux comprendre le fonctionnement de l'univers.

 

Toutes les techniques de yoga et de méditation qui font appel à la concentration sur le corps ont un effet bénéfique psychologique. J'ai moi-même été témoin de la dissolution de mes angoisses, de mon stress, de mon anxiété, de mes culpabilités et de ma propre violence par la pratique intensive du yoga et de la méditation. Mais pour dissoudre les angoisses, certaines postures sont nécessaires, comme l'arc, la sauterelle, la barque ou autres postures adaptées pour faciliter ensuite la méditation en station assise. Cela permet d'avoir une meilleure attention, grâce au lâcher prise provoqué par les postures et la respiration, car le plexus solaire est le réservoir des stress et des angoisses. Les états modifiés de conscience provoqués par l'entrainement régulier aux différentes techniques de yoga et de méditation ont un impact sur la guérison de nos troubles psychiques. Nos maux, issus de notre hérédité et de notre enfance, imprimés dans notre inconscient, sont progressivement effacés par la captation de l'énergie extérieure qui est conduite à l'intérieur de nous par la respiration et la concentration. C'est comme si on épluchait un oignon couche par couche pour retrouver la vraie nature de cet oignon.

Le travail de méditation et de yoga pratiqués au quotidien, nous aide à extraire de soi les grandes difficultés existentielles pour arriver à vivre des moments de quiétude et de paix intérieurs, à obtenir définitivement une solidité psychique inébranlable et ainsi améliorer la vie en société pour la rendre plus harmonieuse et plus heureuse dans le respect de chacun.

(*) Science et Avenir d'Août 2001

 

Auteur : Emile Lozelis

avec l'aimable autorisation de la Revue Infos-Yoga

Contact : emile.lozevis@wanadoo.fr



Michel  Chauvet
Commentaires : 0|

Il existe 3 Articles pour cette Catégorie :<<123

Le 21 Septembre 2017

<<Avril 2011>>

DLMMJVS
1
2
3
4
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
30
Commentaires :
10/09/17 par bruno
08/09/17 par Isa
01/09/17 par fred
02/08/17 par Agathe
01/08/17 par Helene
16/06/17 par Laura
23/05/17 par Isabelle
29/04/17 par Web
21/04/17 par Kevin
Non inscrit ?
Commentez sur le Blog

Un sujet ?
Devenez co-auteur du Blog
Catégorie :
Médecines douces alternatives